lundi 11 avril 2016



Trail des Piqueurs 2016
(... by Laurent)

Après le 33 kilomètres en 2011 et le 75 kilomètres en 2012, retour sur les terres si particulières de Saint jean des Ollières dans le Puy de Dôme pour un 52 kilomètres avec 2500 de D+.


Ce qui nous attend les trois TTTistes présents ( Bruno, Nico et ma pomme) :


Certes les altitudes ne sont pas phénoménales, mais les difficultés seront bien présentes : Chaos basaltiques ( ici pour monter au Pic de la garde, KMS 48) :


Cascade de La Cruche ( KM 42 ) :


Le dénivelé positif sur le trail des Piqueurs, c'est "Dré dans le pentu" :
 


Nous nous retrouvons avec Nico et Bruno sur la ligne de départ à 6H3O dans le charmant petit village de Saint Jean des Ollières avec 200 autres traileurs prêt à affronter les difficultés du parcours de 52 kilomètres.
Juste après le briefing, le speaker annonce une surprise par le biais d'un tirage au sort : je sens déjà que cela va me tomber dessus (Peggy a eu le même sentiment !!!).
La réponse dans la vidéo suivante (vers la minute 17'30"):


Et oui, nous ne partirons pas d'ici sans un trophée !!!
D'ailleurs nous avons pas mal cogités avec Peggy à chaque ravitaillement ( réponse en fin de texte).

7H00 : le départ est donné. Je pars plutôt prudemment, pour une fois, en milieu de peloton.

Le peloton s'étire tranquillement sous la pluie avant d'affronter le premier chaos basaltique après 5 kilomètres : le chaos de Courdeloup. Déjà je sens que ce n'est pas un grand jour, les appuis sont là mais pas vraiment le rythme.
La partie roulante jusqu'au ravito du 10 (en 1h10) me rassure un peu, je me sens plutôt bien.
Le prochain ravito est au 23ème kilomètres : là débute les parties techniques avec la traversée du vallon du Miodet (magnifique par ailleurs) et ses montées/descentes abruptes. Nous sommes entre le 13ème et 16ème kilomètres et je me dis que le reste va être long, surtout que je connais déjà les difficultés qui restent pour les avoirs pratiqués les années précédentes. Bruno me dépasse quelques kilomètres avant le ravito, il semble être en forme. Je garde mon rythme et ne cherche pas à le suivre.
 

Après le deuxième ravito, nous attaquons une des parties les plus sauvages des Piqueurs : le Vallon des Martinanches

Sauvage et magnifique, mais difficile. Et encore plus lorsque la forme n'est pas là. La montée abrupte et longue (semble-t-il !!!) avant le ravito du Château des Martinanches me coupe les jambes, je n'avance pas. La petite partie courante qui suit me permet de relancer gentiment. Le Château mérite le détour :

Nous sommes au 35ème et je suis parti depuis 4H30. Encore 17 kilomètres !!!!! Je ne suis pas mal, mais je n'ai aucun rythme. En fait, je ne parviens pas à passer la vitesse supérieure. Tant pis, cela fera une sortie un peu plus longue que prévue ... Et puis le ciel s'éclaircit, l'ambiance est bonne, Peggy à chaque ravito pour me rappeler le cadeau du départ, on va en profiter jusqu'au bout.

Après Les Martinanches, une belle partie de montées/descentes avant d'attaquer la Cascade de la Cruche et ses fameuses cordes sur les derniers mètres. Je la passe relativement bien et rattrape Bruno juste avant la dernière difficulté, le chaos du Pic de la Garde. Bon, à son attaque il me met la misère et je ne le reverrai plus !!!
Au sommet, si le temps est clair, voici le panorama ( cela fait envie non !!!) :



Il ne me reste plus qu'à descendre et remontée légèrement vers Saint Jean des Ollières pour passer la ligne en 7H24 (environ 1H de plus que prévu !!!) et récupérer mon lot à plume.


Sauf que maintenant Peggy en veut des vraies, elle a tellement cru que nous ramènerions une poule ( et moi aussi d'ailleurs ) 

Au final un super trail de début de saison (même s'il vaut mieux être bien préparé ...) où j'encourage les TTTistes à se rendre.


du pur jus de trail, authentique et sauvage.

Bravo à Bruno et Nico pour leur performance et merci à nos accompagnatrices.

Maintenant j'attaque la prépa pour l'objectif de la saison : la Ronda del Cims en Andorre le 15 Juillet.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire